MATÉO CRÉMADES   GUITARE BAROQUE - CHANT             CHANT - PERCUSSIONS    NATHALIE FERRON

Naviguant entre tradition orale et tradition écrite,

l’Ensemble Parchemins (re)crée une musique où les sentiments

se dévoilent et se libèrent, une musique qui invite non seulement

au voyage et à l'intime, mais aussi à l'échange et à l'interaction avec le public.

      Spécialisé dans l'interprétation du répertoire de chansons du début du 17e siècle, l'Ensemble Parchemins n’a de cesse, depuis sa création à Tours en 2014, de chercher à créer une résonance entre le caractère ancien du répertoire qu’il interprète et sa modernité manifeste. Ainsi, en marge des lieux traditionnels dédiés aux musiques anciennes (églises, chapelles, châteaux…) dans lesquels ils se produisent régulièrement, les musiciens de l’Ensemble Parchemins aiment également investir des lieux hétéroclites ancrés dans notre présent (cafés, librairies, médiathèques, musées…) pour y donner leurs concerts et collaborent fréquemment avec des structures qui promeuvent les musiques dites « actuelles ».

En 2018, un premier album “De la rue à la cour des Rois” voit le jour,                 

Le deuxième album dédié à un répertoire de pièces instrumentales, de villanelles et de chansons populaires italiennes du début du 17ème siècle, “Récréation italienne”, est sorti en avril 2020.

 L'Ensemble Parchemins en chiffres

  • 2 chanteurs-instrumentistes

  • 1 guitare baroque construite par Matéo Crémades en 2015

  • tambourins, 2 paires de castagnettes et 1 petite cloche

  • 5 ans d'existence

  • 100 concerts dans 6 régions et 18 départements
    1 scène nationale, 5 châteaux inoubliables, 23 églises, chapelles et abbayes à l’acoustique remarquable, 18 bars, restaurants, épiceries, librairies et cafés associatifs écumés, 10 événements "chez l'habitant", 5 festivals de musiques actuelles, 4 théâtres, 1 ferme, 1 dojo, 1 atelier de lutherie, 1 musée, 1 boutique de créateurs…

  • 1 premier album "De la Rue à la cour des Rois" de 17 morceaux (autoproduction -2018) 

  • 1 deuxième album "Récréation italienne" de 17 morceaux (autoproduction - avril 2020)

  • Plus de 1120 abonnés à la page facebook

"L'Ensemble Parchemins, c'est un voyage dans le passé tout en musique et en sourires"

William, le 16 décembre 2017 au Château de Chambord (41)

« Comme un massage ce concert ! »

Louise, le 29 septembre 2018 à l'Atelier de la Cage d'Escalier (37)

« Magnifique, bouleversant »

Pascal, le 21 octobre 2018 à Vouvray (37)

« Un baroque de légèreté, de sourires, de badinage et de beauté »

D.R. le 29 juin 2018 au Château du Plessis (37)

A l’occasion de la sortie de votre nouvel album « Récréation italienne », nous vous retrouvons chez vous, en Touraine.
A peine 1 an et demi après avoir produit un premier CD « De la rue à la cour des rois », vous nous offrez un second album dédié à la musique italienne du début du 17ème siècle.

Nathalie Ferron.  En fait, pour ce nouvel enregistrement, l’occasion s’est présentée à nous. Un château situé proche d’Amboise nous a été miraculeusement mis à disposition pour une semaine et nous avions déjà l’équipe technique (Anaïs Georgel pour le son et Manuel Wilson côté graphisme) avec qui nous avions travaillé sur le premier album.
A partir de là, il ne nous restait plus qu’à demander (le cœur battant) à Libon d’illustrer notre album. Cette idée de confier la pochette à un auteur et illustrateur de BD, dont nous raffolions des ouvrages, nous trottait dans la tête depuis un bon moment.

Matéo Crémades.  Oui, Libon fait partie des artistes que j’ai eu la chance de rencontrer via ma seconde activité d’artisan d’art (fabrication de rosaces en parchemin pour instruments de musique anciens), tout simplement parce que Libon fabrique aussi quelques instruments anciens à ses heures perdues.
« Récréation italienne », notre nouvel album, est un tournant pour nous. Il nous est apparu nécessaire, dans le sens où notre matière musicale, construite à deux à présent, réclamait un nouveau support de communication.
Le répertoire italien de chansons d’inspiration populaire que nous avons choisi, convient parfaitement à notre formation : guitare baroque, deux voix solistes et percussions.

En effet, la guitare est au centre de votre formation. Pourquoi avoir choisi cet instrument plutôt qu’un luth ou un théorbe plus couramment utilisés pour l’interprétation de ce répertoire ?

Matéo  Eh bien, déjà pour la simple raison que je ne sais pas jouer de luth. C’est un instrument vraiment très différent et difficile qui nécessite une technique particulière. En tant que guitariste de formation, il a été plus naturel pour moi de me tourner vers la guitare baroque, et ça a été un vrai coup de cœur !

Ensuite, nous avions à cœur de travailler le répertoire de chansons italiennes du début du 17e siècle (Kapsberger, Monteverdi, Obizzi…) qui a été en partie écrit pour être accompagné par la guitare.

Enfin, la guitare cinq chœurs (à cinq rangées de cordes doublées) est un instrument fascinant en raison de la profusion du répertoire qui lui est destiné, que ce soit en tant qu’instrument d’accompagnement ou en tant qu’instrument soliste. C’est un instrument souvent méprisé des instrumentistes du fait que sa tessiture est peu développée dans les basses. Cela peut être un peu frustrant au premier abord, surtout si l’on est habitué au luth ou au théorbe… Mais, à force de la jouer, on s’aperçoit, que la guitare possède d’infinies possibilités harmoniques et rythmiques qui suffisent largement pour accompagner une voix… et même deux !

Nathalie  Et puis cette belle guitare (construite par Matéo) a le mérite de nous avoir inspirés pour trouver le nom de notre ensemble. Le parchemin était utilisé à l’époque baroque pour la fabrication des rosaces finement ouvragées qui ornent l’ouïe de la guitare. Matéo s’est d’ailleurs spécialisé dans la fabrication de ces rosaces en parchemin.

Matéo Effectivement, en 2017 j’ai créé mon atelier de sculpture sur parchemin via lequel je propose aux luthiers d’instruments à cordes pincés anciens et aux facteurs de clavecin, des rosaces en parchemin pour orner leurs instruments. Vous pouvez découvrir mon travail sur mon site internet : www.ateliermateocremades.com.

À côté de la guitare, l’autre instrument phare de votre ensemble c’est tout de même la voix. Vous êtes d’ailleurs tous les deux chanteurs.

Nathalie  Oui, c’est d’ailleurs pour cette raison que nous employons le terme « Chansons Baroques » pour définir notre proposition musicale. Cela évoque une musique simple et accessible à tous, qui tranche avec l’image plus sérieuse de l’air de cour baroque plus connu. Pour coller au mieux avec le caractère épuré de cette musique, nous privilégions des voix droites, assez proches de celles utilisées dans les musiques traditionnelles, plutôt que des voix lyriques avec vibrato.

Et ces chansons, qui les a composées ? Que racontent-elles ?

Matéo  Ce sont des chansons issues principalement du répertoire savant du début du 17e siècle. C’est une période très riche musicalement et pendant laquelle s’opère une véritable transition stylistique. Nous interprétons des chansons de compositeurs tels que Monteverdi, Kapsberger ou Obizzi qui ont contribué au développement d’un des styles prédominants de l’époque baroque : la monodie (chant) accompagnée. Il faut avoir conscience, toutefois, que bien que savantes, les chansons que nous interprétons sont pour la plupart inspirées par la musique populaire de l’époque, que les compositeurs pouvaient entendre dans les rues de Venise, Naples ou Rome. C’est ce caractère simple et savant à la fois que nous apprécions tout particulièrement.

Nathalie  Et dans la rue on rencontre toutes sortes de personnages : des amoureux transis, des demoiselles rêveuses, des amants jaloux ou bien encore des soupirants enflammés…

Matéo … Oui, en somme ces chansons parlent souvent d’Amour !

Depuis 2015, l’Ensemble Parchemins a donné une centaine de concerts dans toute la France. Est-ce que les « chansons baroques » que vous proposez de découvrir sont bien accueillies par les très larges publics rencontrés lors de vos concerts ?

Matéo  Déjà, c’est vrai que nous nous « confrontons » à des publics très divers. Ce choix de jouer dans des lieux nombreux et diversifiés a toujours été justifié par l’enthousiasme que nous renvoient tous ces publics. Ainsi, des personnes déjà sensibilisées à la musique classique et baroque semblent apprécier la légèreté qui se dégage au fil de notre répertoire. Nous tentons de mettre en valeur une musique accessible d’écoute et tout à la fois fine et subtile. Cela surprend, je crois, car il se dégage alors beaucoup de profondeur venant d’une simplicité, qu’apparente au fond.
C’est pourquoi ça « marche » aussi avec des publics moins avertis. Cette musique savante si légère devient vraiment accessible à tous.

Nathalie  La vérité c’est que, depuis le début de la formation du groupe, c’est notre public qui nous « somme » de poursuivre. « Ma plus belle histoire d’amour c’est vous « ! J’aime Barbara et le titre d’une de ses chansons crée un bel écho…

Et pour la suite, qu’avez-vous prévu ?

Nathalie  La question est posée alors que nous sommes en pleine pandémie (avril 2020), donc côté prévisions, c’est un peu dur de voir ou d’imaginer quoi que ce soit.
Concrètement, la reprise des concerts risque de se faire attendre, ce qui nous éloigne de notre public, principal moteur de notre projet.

Mais dès que nous aurons de nouveau « carte blanche », nous organiserons notre tournée en Italie qui aurait dû avoir lieu en mai 2020 et nous espérons rejouer en scène nationale. Nous avons été accueillis cette année par la scène nationale « Le Carré » ( 53 ), et j’avoue que nous avons savouré le fait de jouer notre répertoire, spécialisé du point de vue de l’esthétique et de la période, devant un public avide de nouvelles matières sonores.
En attendant, en termes de motivation, nos ressources sont grandes ! Nous ne nous décourageons pas et poursuivons nos répétitions, recherche de répertoire, et continuons d’explorer des idées ou des collaborations pouvant donner de la valeur à notre musique.
Avec Matéo, nous sommes définitivement en perpétuel mouvement.

Matéo  Pour le répertoire, nous poursuivons dans la lignée de nos deux premiers albums, c’est-à-dire la découverte d’œuvres d’inspiration populaire, parfois totalement méconnues. On se régale vraiment dans la recherche de partitions, dont le choix est immense. Justement, il s’agit, dans cette mer infinie de musique, de repérer les œuvres que nous saurons nous approprier le plus justement possible.
Impossible de s’ennuyer dans ces conditions !

On attend avec impatience votre  prochain programme. Vous avez des idées, je suppose ?

Nathalie et Matéo  Surprise !!! On peut juste vous dire qu’il y aura encore de la guitare, et probablement des chansons d’amour…

Avant de se quitter, vous voulez bien nous livrer vos goûts du moment, histoire de ne pas oublier la distraction, qui souvent s’entremêle à toutes formes de pensées.

Nathalie

Littérature : Beaucoup d'auteurs français: Wajdi Mouawad, Pierre Magnan, Romain Gary et Robert Merle ( La mort est mon métier: un vrai choc !/Malevil et L'île, pour les questions de sociétés )

Musique : Toujours Bertrand Belin (fidèle depuis ses débuts, même avant ses débuts…), J'ai des envies de danser avec Pizzicar Galante (mandoline galante). Je savoure aussi le bel album de musique écossaise des Musiciens de Saint-Julien, sans oublier l'énergie de San Salvador découverts à l’inégalable festival Intergalactique.

Cinéma : Camille redouble de N. Lvovsky, les films de A. Farhadi, Le Ruban blanc de M. Haneke, et, à l’heure où l’on rêve tous de s’échapper, je reverrais bien Là-Haut, ce dessin-animé si "aérien".

Matéo 

Littérature : Le rivage des Syrtes de Julien Gracq est définitivement mon livre de chevet ! J’aime beaucoup également la littérature japonaise (Oé, Mishima, Tanizaki). Enfin je viens de terminer la Recherche de Proust… gros morceau, mais tellement délectable !

 

Musique : J’ai des goûts très éclectiques… Ça ne me dérange pas le moins du monde de passer de l’Arpeggiata ou du dernier album de Pino à Stupeflip en passant par Rodolphe Burger ou Lo cor de la plana. Côté guitare c’est Xavier-Diaz Latorre et Lute Duo mes préférés !

 

Cinéma : L’ïle nue de Kaneto Shindo et La femme des sables de Techigahara, les films d'Ozu pour le japon. Les films de Lumet et de Clouzot. 

Interview avril 2020

Crédit photo : Fabrice Rousseau

Récréation italienne - Nouvel album - Sortie le 17 avril 2020

Album 17 titres - Livret + poster
Illustrations : Libon

 → ECOUTER / COMMANDER  L'ALBUM

 
 
CONTACT

Sauveterre-de-Rouergue / Aveyron / France

ensembleparchemins@gmail.com

06 21 54 04 80 / 06 20 12 99 28

© 2018 by Matéo Crémades / Ensemble Parchemins

Crédit photo : Fabrice Rousseau